Les données structurées, ou l’art de communiquer avec Google

Donnees-structurees

Les données structurées, ou l’art de communiquer avec Google

D’année en année, l’implantation de « données structurées » au sein d’un site web devient une valeur de plus en plus importante pour améliorer son SEO. Ces données permettent d’apporter davantage de précisions lors des requêtes effectuées par les internautes, tout en facilitant la compréhension de votre contenu par les moteurs de recherche.

Petit tour d’horizon.

Les données structurées

Depuis l’arrivée en 2013 de l’algorithme « Hummingbird » de Google, le monde du SEO s’est adapté à l’arrivée du web sémantique. Avec cette évolution, il devient important de répondre précisément aux requêtes des internautes en proposant un contenu toujours plus précis. Le meilleur moyen d’apporter cette précision est l’utilisation de données structurées. Mais que représentent-elles réellement ? En quoi l’utilisation de ces données permet une meilleure communication avec les engins de recherche ? Eh bien, tout ceci est simple, les données structurées représentent des informations spécifiques présentes dans le contenu de vos pages, structurées de telle sorte que Google (ou tout autre moteur de recherche) soit en mesure de les déchiffrer.

Jusqu’en 2011 plusieurs standards de données structurées cohabitaient (microformats, RDFa, microdata, etc.), cependant pour comprendre l’intégralité des informations contenues dans ces données, les moteurs de recherche ont besoin que celles-ci soient formatées sous le même standard. De ce fait, depuis 2011, les trois moteurs de recherche  majeurs que sont Google, Yahoo et Bing se sont concertés afin d’unifier ces micros-données, et ont créé un nouveau standard sous le nom de schema.org.

Données structurées, toujours pas claires ?

Prenons l’exemple d’un site web listant un ensemble d’articles de très bonne qualité vous rapportant toutes les informations utiles concernant le web, autrement dit, My Little Big Web !

Dans notre section blogue, vous trouverez tout un tas d’articles classés dans différentes catégories (référencement naturel, Conception web, etc.) pour lesquels nous renseignons le titre de l’article, son auteur, ou encore la date de publication de celui-ci. Si dans nos articles, nous utilisons uniquement des balises traditionnelles en HTML que sont les balises H1, H2, H3, etc., les robots de Google qui analysent nos articles, ne peuvent comprendre tous les détails qui leur sont fournis. Par exemple, le nom de l’auteur ne sera pas compris par Google, qui ne verra dans cette donnée, qu’une série de caractères supplémentaires à notre article. Il ne saura pas non plus déterminer la date de création de l’article, même si celle-ci est mentionnée au bas de l’article. Et c’est là que les données structurées deviennent un avantage considérable, car elles renseignent des informations spécifiques sur une donnée précise.

Grâce à ces données structurées, nous pouvons indiquer à Google, des informations relatives à des articles, des produits, des applications, des adresses, des avis, des vidéos, etc. afin qu’elles ne soient plus simplement un bout de texte, mais une donnée cruciale pour la compréhension de notre contenu.

Schema.org pour structurer vos données

Pour mettre en place ces microdonnées, il existe trois possibilités : la première, qui est la plus complexe (car elle requiert d’avoir certaines compétences en matière de programmation) consiste à implanter à l’intérieur du code HTML, des balises renseignant les différentes données. La deuxième solution consiste à utiliser l’outil d’aide au balisage gentiment proposé par Google qui vous permet de générer automatiquement les balises dont vous avez besoin et que vous pouvez implanter pas à pas en suivant les consignes indiquées. Enfin, la troisième possibilité est d’utiliser le marqueur de données proposé dans l’outil Google Search Console, qui vous permet l’implantation des données et de vérifier la bonne mise en place. Il existe également un outil de test permettant de vérifier la bonne mise en place des données structurées dans le code de votre site.

Et Schema.org dans tout ça ?

Eh bien schema.org permet d’indiquer le type de données que Google doit interpréter au travers du balisage que vous allez mettre en place. Il va fournir trois sortes d’informations que sont :

  • Itemscope : qui permet d’identifier les champs sémantiques que vous souhaitez renseigner
  • Itemtype : qui précise le type d’élément concerné (un évènement, une adresse, un auteur, etc.)
  • Itemprop : qui indique les différentes propriétés de cet élément (le lieu de l’évènement, ce que représente l’adresse, etc.)

Elles vont vous permettre de récupérer les informations nécessaires à la création des balises. Sur le site Schema.org, il existe tous les schémas permettant la bonne écriture de vos données structurées en fonction du type d’informations que vous souhaitez renseigner.

Pourquoi inclure les données structurées dans ma stratégie de référencement ?

Comme nous le savons, le web est en constante évolution. Ces dernières années, la direction prise par Google est de donner de plus en plus de crédits aux contenus pertinents qui permettent de répondre rapidement et clairement aux requêtes faites par les internautes. À ce jour, Google n’a pas encore indiqué qu’implanter des données structurées apporte une valeur ajoutée dans le positionnement de votre site, néanmoins dans le futur elles pourraient bien devenir une donnée majeure pour tous les aficionados du SEO.

En structurant dès aujourd’hui vos données, vous vous assurez d’avoir un pied déjà bien ancré vers les améliorations à venir.

Et si ces arguments ne vous suffisent pas, sachez que les microdonnées peuvent déjà avoir une incidence indirecte sur votre positionnement. Si on part du principe que le SEO consiste à donner une plus grande importance de nos pages auprès des internautes, que le nombre de visites sur nos pages est déterminant, ou que proposer du contenu de qualité a une incidence sur le référencement, alors la mise en place de données structurées peut jouer un rôle dans l’amélioration de notre positionnement. Un autre point important que l’on découvre de plus en plus dans les résultats de recherche, c’est la présence d’informations supplémentaires (plus communément appelées Rich Snippets ou extraits enrichis) qui augmentent considérablement le taux de clics sur vos pages.

Pour conclure, il paraît donc important de prendre en considération la mise en place des, et d’avoir à l’esprit que c’est un moyen attractif de mettre en valeur votre contenu, que ce soit pour les engins de recherche, mais surtout pour les internautes.

N’hésitez pas à nous contacter au 514 437 4245 ou via notre formulaire de contact si vous souhaitez parler à un conseiller qui répondra à toutes vos questions.

Your Name (required)

Your Email (required)

Subject

Your Message

Besoin d'un Little BIG coup de pouce ???
Contactez La LITTLE BIG TEAM !

+1 514 437-4245

Nom et prénom *
Adresse courriel *
Téléphone *
Sujet
Votre message