Analytique : Apprenez à vous faire comprendre !

Par

Longtemps ignoré par la plupart des entreprises, l’analytique continue sa montée en puissance et intéresse de plus en plus les gestionnaires voulant optimiser leurs performances web marketing. Alors que de nombreuses solutions (gratuites ou payantes) sont disponibles pour analyser les données de son site web, les termes employés et leurs définitions peuvent varier et créer certaines incompréhensions. Cet article a donc pour but d’expliquer les concepts de base et les malentendus que peuvent causer certaines interprétations.

 .

Le taux de rebond est une donnée incomplète

Pour rappel, le taux de rebond est le pourcentage de vos visiteurs qui ont consulté une de vos pages web et qui ont ensuite quitté votre site sans consulter d’autres pages. Cet indicateur est habituellement utilisé pour déterminer si la page de destination est cohérente par rapport à la recherche du visiteur.

En effet, si votre taux de rebond est de 95%, cela peut vouloir dire que vos visiteurs sont arrivés sur votre site et ont quasiment fermé immédiatement la page car le contenu que vous proposez ne répondait pas à leur demande. Il est donc de votre devoir d’identifier la pertinence de la page d’atterrissage par rapport aux recherches des internautes.

En revanche, cela peut aussi vouloir dire totalement l’inverse ! Je m’explique. Si votre taux de rebond est de 95% mais que la durée moyenne par visite est de 2 minutes, cela veut surement dire que vos visiteurs trouvent exactement ce qu’ils recherchent et n’ont donc pas besoin de cliquer ailleurs. Vous l’avez compris, analyser uniquement le taux de rebond ne suffit pas pour tirer une conclusion. Assurez-vous donc de rajouter un autre paramètre tel que la durée moyenne par visite ou encore le pourcentage de votre page qui a été parcouru.

Explications :

Il est tout-à-fait possible d’analyser l’ensemble des actions réalisées par vos visiteurs sur une page donnée. Certains outils (payants) tels que Crazy Egg ou Clic Tale vous permettent d’obtenir tous les clics effectués par vos visiteurs, y compris les « clics morts » (clics effectués sur une zone sans lien). Vous pouvez également paramétrer Google Analytics pour générer un « évènement » à chaque fois que votre visiteur aura parcouru 10%, 20%, 50% (etc) de votre page.

.

webmarketing-analytique-my-little-big-web

Les zones colorées représentent les zones de clics. Chaque couleur représente un type d’actions réalisées par vos visiteurs. Cette analyse est un excellent moyen de tester différents scénarios de pages où les liens sont placés à des endroits spécifiques. Vous saurez également quels sont les liens les plus cliqués.

.

Une page vue n’est pas toujours une page vue

Encore une fois, une mauvaise interprétation peut semer la confusion avec votre interlocuteur si vous n’avez pas défini au préalable les termes analysés. En effet, le calcul du nombre de pages vues pouvant varier d’un analyste à l’autre, les résultats annoncés seront parfois différents et peuvent causer des malentendus. Par exemple, il est tout-à-fait possible de considérer comme une page vue un pop-up qui apparait avant l’affichage d’une page ou encore les images qui la composent. Une page comprenant un pop-up et cinq images pourra donc enregistrer six pages vues (le pop-up et les cinq images) alors que d’autres analystes considèreront qu’il n’y a en fait qu’une seule page vue.

Autre exemple : Un visiteur qui arrive sur votre site, clique sur un lien puis retourne sur la page précédente. Faut-il considérer une ou deux pages vues ? Encore une fois, cela va dépendre de chacun mais les résultats annoncés pourront varier du simple au double.

A noter également que le temps de chargement de vos pages va également influencer vos résultats. En effet, l’outil ne prendra pas forcément en compte la page vue si le visiteur la quitte sans qu’elle ait eu le temps de se charger complètement.

.

La différence entre une page vue et une visite

Il n’est pas rare que les gens confondent visites et pages vues. Une visite correspond à une ou plusieurs actions réalisée(s) par le visiteur sur le site web (clics, pages vues, prise de contact etc.). Il est assez courant de définir une intervalle de temps plus ou moins égale à 30 minutes au-delà de laquelle la visite sera considérée comme terminée si le visiteur est resté inactif. Une page vue est une page qui a été consultée par le visiteur et qui a eu le temps de se charger complètement.

Comme expliqué plus haut, une visite peut comporter plusieurs pages vues et l’ensemble de vos pages vues n’apparaîtra pas forcément dans vos rapports si le temps de chargement est trop long.

OBTENEZ UN COACHING GRATUIT DE 30 MINUTES EN REMPLISSANT LE FORMULAIRE !

 

.

Un visiteur n’est pas une personne

L’erreur classique faite par la plupart des débutants en analytique est d’assimiler leur nombre de visiteurs aux nombre de personnes qui ont consulté leur site web. Dans ce cas, il n’est pas rare d’entendre certains gestionnaires affirmer que leur site a attiré plus de 800 000 visiteurs uniques, soit l’équivalent de la moitié de la ville de Montréal (par exemple). Pourquoi cette affirmation est-elle une grosse erreur ? Tout simplement car il ne faut pas comparer ce qui n’est pas comparable.

En effet, plusieurs personnes peuvent consulter un site web en partageant le même écran et aucun outil ne pourra vous dire combien de personnes ont vu votre contenu lors de cette visite. A l’inverse, un même visiteur peut facilement consulter votre site internet en utilisant un ordinateur puis un smartphone puis une tablette.

Votre outil va donc vous communiquer trois visiteurs uniques alors qu’il s’agit en fait de la même personne. Enfin, si la personne utilise plusieurs navigateurs (Google Chrome, Internet Explorer, Mozilla etc.), votre outil d’analyse (Google Analytics ou autre) va là-aussi considérer chaque navigateur comme un nouveau visiteur.

.

Conclusion

Comme vous avez pu le découvrir en lisant cet article, il est très facile de faire parler les chiffres à notre avantage et de gonfler considérablement les performances d’un site web. Par conséquent, veillez à bien définir chaque notion avant de partager vos résultats et tâchez d’employer les bons termes lorsque vous échangez avec votre responsable analytique ou votre client. Vous éviterez ainsi les malentendus et les surprises qui découlent d’un manque de clarté.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez surement celui-ci : Programmer des événements sur Google Analytics

N’hésitez pas à nous contacter au 514 437 4245 ou via notre formulaire de contact si vous souhaitez parler à un conseiller qui répondra à toutes vos questions.

comment-genere-du-trafic-grace-aux-reseaux-sociaux-en-3-etapes