Les mises à jour de Google de 2003 à aujourd’hui

Par My Little Big Web

Comme vous vous en doutez, dans cet article nous allons passer en revue les mises à jour les plus importantes que Google ait déployées depuis 2003.

Google a commencé à mettre à jour son algorithme en 2003, soit 5 ans après avoir lancé le moteur de recherche. Depuis lors, il y a toujours eu ce jeu du chat et de la souris entre Google et les experts SEO. Le but étant toujours de comprendre et de prévenir l’impact des sur le positionnement des pages indexées afin d’améliorer les stratégies SEO en conséquence.

Google a toujours eu l’idée originale de nommer ses mises à jour avec des noms d’oiseaux ou d’animaux. Nous ne sommes pas allés chercher la signification de chacune d’elles mais nous vous prévenons simplement d’avance pour que vous ne soyez pas surpris en lisant les lignes suivantes. À noter que Google a fait des centaines, voire des milliers d’autres mises à jour depuis sa création mais le but de cet article est de vous lister les principales afin que le texte reste « digeste ».

 

Mise à jour Google du 16 novembre 2003

« Florida » a véritablement été un signal fort de Google en ce qui attrait au « black hat SEO », c’est-à-dire la manipulation des engins de recherche de manière à utiliser les faiblesses de Google. En effet, tous les sites internet, incluant les sites d’affiliation, utilisant des méthodes SEO douteuses (insertion de mots clés invisibles dans leurs textes, suroptimisation SEO, liens cachés ou encore création de noms de domaines reliant tous au même site) ont vu leur positionnement chuter brutalement, juste avant la période de vacances d’été, de quoi donner de l’occupation aux experts SEO durant leurs congés 😊

 

Mise à jour Google du 1er septembre 2005

« Jagger » a été une mise à jour qui s’est déroulée en trois phases (Jagger 1, Jagger 2, Jagger 3). Cette mise à jour avait pour objectif de faire la chasse aux liens (back links) non naturels tels que les liens payants, les liens « négociés » ou tout autre type de spam. Rappelons rapidement que le nombre de liens entrants (backlinks) qui pointent vers votre site constituent toujours aujourd’hui un important critère de référencement.

 

Mise à jour Google du 15 décembre 2005

« Big Daddy » a là aussi été une mise à jour progressive puisqu’elle a commencé en décembre 2005 et s’est achevée en mars 2006. Il faut savoir que le but de Google n’est pas de semer la zizanie dans ses propres résultats de recherche donc l’entreprise doit faire preuve de vigilance lorsqu’elle déploie une mise à jour. En effet, plus la popularité de Google a grandi au fil des années, plus la firme a dû prendre ses responsabilités vis-à-vis des résultats de recherche qu’elle met en avant mais aussi vis-à-vis des entreprises qui en dépendent.

La mise à jour « Big Daddy » a eu pour objectif de faire le nettoyage au niveau de tous les liens brisés et autres erreurs 404 qui commençaient à se multiplier sur la toile. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est une erreur 404 / un lien brisé, il s’agit d’un message d’erreur que Google affiche lorsque celui-ci ne parvient pas à accéder au contenu d’une page.

Les erreurs 404 sont très faciles à générer puisqu’il ne suffit de modifier ne serait-ce qu’un seul symbole à votre URL pour que Google (et tous les autres moteurs de recherche ainsi que les internautes) ne puisse plus accéder au contenu de la page. Par exemple si vous inscrivez l’URL https://mylittlebigweb.com/referencement-naturel-seo/ dans votre navigateur ou que vous cliquez sur le lien, vous allez atterrir sur le contenu de la page, mais si vous enlever une lettre (exemple : https://mylittlebigweb.com/referencement-naturel-seo/), vous allez atterrir sur une page d’erreur :

 

Il est courant que les sites génèrent des erreurs 404, particulièrement les sites qui ont un grand nombre de pages ou qui font beaucoup de liens externes. Pour ne pas impacter votre SEO négativement, il est important que vous régliez le problème en redirigeant l’URL non valide vers une URL valide et que vous corrigiez l’erreur rapidement. Certaines plateformes ou certains modules WordPress (si votre site a été conçu en WordPress) comme « Broken link checker » permettent justement de repérer les liens brisés rapidement. Comme indiqué précédemment, lorsque vous constatez un lien brisé, il faut faire ce qu’on appelle une redirection, c’est-à-dire que vous expliquez à Google que l’ancienne URL n’est plus valide et vous indiquez à Google l’adresse de la nouvelle URL.

 

Mise à jour Google du 18 janvier 2009

La mise à jour « Vince » a été rapide et efficace. Celle-ci a eu pour but de mettre en avant les sites ayant acquis une notoriété naturelle (comme les sites de grandes marques) auprès des consommateurs / internautes et non grâce à leurs efforts SEO. Cela ne veut pas dire que tout le travail SEO déployé par les experts a été réduit à néant mais cela à rééquilibré un peu le jeu.

 

Mise à jour Google du 28 avril 2010

La mise à jour Google, nommée « MayDay » a été plutôt rapide puisqu’elle s’est déployée entre le 28 avril et le 3 mai. Celle-ci avait pour objectif d’améliorer la pertinence des résultats de recherche en ce qui concerne les termes de « longue traine », c’est-à-dire les termes sur des recherches très précises, générant peu de volume individuellement, mais qui comptabilisées toutes ensembles génèrent la majeure partie du trafic d’un site. Nous allons donner un exemple pour ceux qui ne voient pas ce qu’est un terme de longue traine :

 

Mise à jour Google du 10 août 2009

Nous pouvons dire que « Caffeine » a représenté l’une des mises à jour majeures de Google tant au niveau de son délai de déploiement (août 2009 jusqu’en juin 2010) qu’en termes d’efficacité puisque Google a totalement revu son infrastructure afin de permettre à ses robots d’indexer plus rapidement et plus largement le contenu mis en ligne. Avant cette mise à jour, les robots de Google procédaient à des scans par « couches » dont certaines couches pouvaient prendre jusqu’à deux semaines pour être rafraîchies. Avec la mise à jour « Caffeine », Google a été capable de scroller beaucoup plus de contenu en un temps beaucoup plus court, ce qui a permis d’indexer plus de 50% de contenu en plus.

À ce niveau-ci de l’article, nous allons faire une note pour vous prévenir que nous allons maintenant résumer les principaux changements opérés sur l’algorithme de Google selon l’année car depuis 2011, Google a véritablement accéléré son nombre de mises à jour. Tout lister reviendrait à écrire un trèèèèèèès long article et nous sommes pas mal persuadés que peu de nos lecteurs se rendront au bout. Nous allons donc faire ressortir l’essentiel pour s’assurer qu’un maximum de personnes se rendent au bout de ce marathon algorithmique 😊.

 

Mises à jour de Google en 2011

2011 a été une véritable hécatombe en termes de mises à jour affectant les entreprises ayant basé leur indexation sur des pratiques peu recommandées par Google. Le moteur de recherche a en effet ouvert le bal de l’année en commençant par s’attaquer à tous les propriétaires de sites ayant pris pour habitude de copier le contenu des autres pour s’approprier la propriété intellectuelle. Depuis, Google est capable de savoir qui a mis le contenu en ligne le premier et il pénalise fortement ceux qui tentent de le dupliquer.

« Panda » a été déployée pour faire la chasse au contenu de faible qualité et aux sites abritant des « fermes de liens », c’est-à-dire du contenu ayant pour objectif principal de faire des liens vers d’autres sites et ainsi espérer influencer les résultats de recherche. L’objectif ici était de faire le tri afin de proposer aux utilisateurs un contenu de plus en plus qualifié. Panda 2.0 a ensuite permis de déployer la mise à jour à l’échelle mondiale et non plus uniquement pour les contenus en anglais. Grâce à son navigateur « Chrome », Google a permis aux internautes de donner leur avis sur les contenus qu’ils appréciaient ou non, ce qui a aidé Google à trier plus rapidement le contenu en fonction de sa popularité.

En octobre 2011, Google a mis en place l’encryptage des requêtes des utilisateurs. Avant cela, les webmasters pouvaient connaître les termes de recherche que les visiteurs avaient inscrits sur Google avant d’atterrir sur leur site internet. Ces informations constituaient une véritable mine d’or pour tous ceux qui désiraient améliorer leur stratégie SEO et surtout pour savoir quels étaient les mots clés qui convertissaient le plus. Google a sorti la carte de la protection de la vie privée mais personnes n’y a vraiment cru étant donné que même si on pouvait connaître les termes de recherche des visiteurs, l’identité de ces derniers restait anonyme.

 

Mises à jour Google en 2012

2012 a également été une année riche en mises jour. En effet, Google a poursuivi sa course pour proposer du contenu toujours plus qualifié à ses utilisateurs en pénalisant notamment les sites web ayant trop de publicité ou ne suscitant pas assez d’interaction avec leurs visiteurs. Google a par exemple commencé à accorder de plus en plus d’importance au contenu qui s’affiche au-dessus de la ligne de flottaison de la page, c’est-à-dire, ce que les internautes voient en premier lorsqu’ils visitent une page (voir exemple ci-dessous) :

 

En février 2012, Google annonce environ 17 changements à son algorithme notamment reliés aux fautes d’orthographe présentes dans les contenus publiés, avant de rajouter une quarantaine d’autres changements, là aussi reliés à la qualité du contenu rédigé. En avril 2012, la mise à jour « Penguin » a de nouveau permis à Google de renforcer les pénalités vis-à-vis des sites web ayant des pratiques spammeuses comme de la suroptimisation de contenu ou l’utilisation abusive de mots clés dans les pages.

En juillet 2012, Google s’est attaqué une nouvelle fois aux liens jugés non naturels et a envoyé un message aux webmasters via son outil « Google Webmaster Tool » afin de les prévenir qu’une mise à jour s’en venait et qu’ils devaient procéder à un nettoyage s’ils ne voulaient pas être pénalisés. On parle ici de liens qui auraient été créés artificiellement dans le but de manipuler les engins de recherche. En faisant cela, Google a aussi voulu rendre les webmasters responsables des liens qui pointent vers leurs sites. Cela a été considéré comme une injustice par les webmasters car ils prétendaient ne pas avoir le contrôle sur les sites externes décidant de faire un lien vers le leur (ce qui fait du sens). Google a bien entendu cette requête et a permis aux propriétaires de sites web de désavouer les liens jugés spammeux via son outil dédié aux webmasters.

Une autre mise à jour Google est survenue en 2012 et a mis à mal les propriétaires de sites ayant des pratiques douteuses. Il s’agit d’une mise à jour destiner à ne plus favoriser les sites ayant des mots clés stratégiques dans leurs URL (dentiste.com, restaurant-montreal.ca etc.). Aujourd’hui encore, certains pensent que cette pratique est toujours valable mais Google a bien arrêté de prendre cela en compte pour juger de la pertinence d’un site.

 

Mises à jour Google de 2013

L’année 2013 a été marquée par le lancement de « Hummingbird » ou « Colibri » en français. Contrairement à « Panda » et « Penguin » qui sont des mises à jour apportées à l’ancien algorithme de Google, « Hummingbird » est tout nouvel algorithme (rien de moins)! Google a justifié son nouvel algorithme en expliquant que l’entreprise souhaitait répondre aux nouvelles tendances de recherches des internautes, notamment en ce qui concerne les recherches vocales.

Prenons l’exemple d’une personne vivant à Montréal et qui est à la recherche d’un restaurant, il y a de fortes chances que celle-ci écrive des termes comme « restaurant montréal », « restaurant centre-ville » etc. Avec les recherches vocales, les gens vont avoir tendance (selon Google) à suggérer des termes comme « quel est le meilleur restaurant le plus proche de moi ? ». Avec l’ancien algorithme, Google prétend ne pas pouvoir apporter les meilleurs résultats contrairement à Hummingbird qui repense complètement la manière de calculer les résultats.

Cet argument n’a pas réellement convaincu la communauté web car les recherches vocales n’ont pas réellement réussi à percer aussi vite auprès des utilisateurs et la pertinence des résultats proposés n’est pas si révolutionnaire que ça.

Dans tous les cas, le but était tout-de-même d’apporter toujours plus de pertinence en ce qui concerne les résultats de recherche conversationnels et d’essayer de comprendre les intentions de recherche des internautes. Google ayant bien compris que tous ses utilisateurs n’ont pas le même « niveau de recherche », c’est donc à l’algorithme de s’adapter afin de maintenir sa position de leader sur le marché des moteurs de recherche. Maxence et Eugénie, les deux fondateurs de My Little Big Web ont d’ailleurs travaillé au lancement de Bing.fr au siège de Microsoft France et ont passé des centaines d’heures à étudier Google. Selon eux, le moteur de recherche évolue tellement vite qu’il est quasiment impossible de suivre le rythme.

 

Mises à jour Google de 2014

Cette année n’a pas été forte en termes de mises à jour proposées par Google, en dehors de Panda 4 qui vise une nouvelle fois à sanctionner les sites qui n’offrent pas de contenu de bonne qualité et qui utilisent des pratiques spammeuses pour positionner leurs pages ou qui abritent des fermes de liens.

 

Mise à jour Google de 2015

2015 a été l’année du mobile. Devant la montée en puissance du trafic provenant des supports mobiles (téléphones intelligents et tablettes), Google a décidé de mettre en avant les sites internet proposant une expérience utilisateur optimale sur mobile notamment via la technologie « responsive design ».

 

Cette mise à jour concerne uniquement les résultats de recherche des internautes effectuant des recherches à partir de leur téléphone intelligent, ce qui fait du sens dans la mesure où Google n’a aucun intérêt à afficher des pages « non responsive » sur de petits écrans.

 

Mises à jour de 2016

L’une des mises à jour majeures qui a marqué l’évolution de Google en 2016 est la disparition des encadrés publicitaires sur le côté droit des résultats de recherche pour proposer une 4ème place dans les premiers résultats.

anciennes-publicites-google-ads

 

D’un point de vue SEO, cela a surtout eu pour impact de pousser un peu plus vers le bas les résultats naturels.

La mise à jour « Possum », quant à elle, a eu pour objectif de renforcer le référencement local. En effet, la progression continue des recherches effectuées à partir d’appareils mobiles, notamment les téléphones intelligents, a incité Google à poursuivre ses efforts en matière de SEO local. Cela a eu un impact très positif sur les entreprises locales qui se retrouvaient souvent mal classées simplement car elles se trouvaient aux limites de la ville. Le développement de Google Mon Entreprise a également permis à des milliers d’entreprises offrant des services de qualité de voir leur positionnement naturel s’améliorer considérablement et ainsi renforcer la confiance de leurs clients potentiels.

fiche-google-mon-entreprise-my-little-big-web

 

Mises à jour Google de 2017

Google a démarré l’année 2017 en s’attaquant à tout ce qui pouvait nuire à l’expérience utilisateur sur mobile et notamment les pop up ou autres fenêtres intempestives qui empêchaient aux utilisateurs d’accéder au contenu désiré sans cliquer pour les fermer.

L’autre mise à jour majeure de cette année concerne bien sûr le passage au HTTPS pour tous les sites web, incluant les sites non transactionnels. En effet, la sécurité des données à toujours été un cheval de bataille pour Google et la meilleure façon d’inciter les propriétaires de sites de renforcer la sécurité des données qui transitent par leurs pages est d’annoncer son impact en termes de positionnement SEO. Nous avons donc tous emboité le pas et fait en sorte de sécuriser nos sites web avant que la sanction ne tombe.

certificat-de-securite-https-my-little-big-web

Cela ne s’est pas fait sans heurts du côté des webmasters puisqu’il a fallu s’assurer de mettre en place les bonnes redirections afin de s’assurer que les positionnements si durement gagnés au fil des années soient conservés.

 

Mises à jour Google de 2018

En mars 2018, Google a décidé qu’au lieu d’indexer les versions desktop des pages web il allait prioriser les versions mobiles. Vous vous souvenez, plus tôt dans cet article nous disions que les mises à jour concernant les navigations mobiles n’impactaient que le trafic provenant du mobile. Cette période est depuis révolue et Google considère le trafic mobile comme le principal et le plus important. Optimiser son site pour les supports mobiles n’est donc plus un choix mais bien une obligation pour les propriétaires de sites web qui souhaitent s’assurer un bon positionnement et un bon SEO.

En parallèle, Google a souhaité accélérer la mise en place des certificats SSL sur les sites web en affichant un message peu rassurant sur les sites n’ayant pas encore procédé à l’installation de leur certificat SSL :

exemple-site-non-securise

De cette manière, Google tente de sensibiliser les internautes et les propriétaires de sites web à l’importance de la protection des données qui transitent sur la toile.

 

Mises à jour Google de 2019

Google continue les actions entreprises les années précédentes en apportant à chaque mise à jour un renforcement des critères d’indexation. La sécurité des données, la qualité des informations mises en ligne par les propriétaires de sites, le référencement local, la sévère condamnation des pratiques spammeuses, l’optimisation permanente de l’expérience offerte aux utilisateurs de supports mobiles sont autant de critères qui continuent d’impacter les positionnements dans les résultats de recherche.

OBTENEZ UN COACHING GRATUIT DE 30 MINUTES EN REMPLISSANT LE FORMULAIRE !
  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Conclusion

Nous tenons tout d’abord à féliciter ceux et celles qui ont eu le courage de lire cet article en entier. Nous espérons que vous avez pris autant de plaisir à le lire que nous en avons eu à l’écrire. Comme vous l’avez vu, Google ne cesse de mettre à jour son algorithme et les efforts SEO déployés peuvent être fortement récompensés ou réduits à néant dépendamment des méthodes pratiquées. Chez My Little Big Web, nous avons su profiter au fil des années des mises à jour de Google car nous avons toujours respecté les critères d’indexation afin de gagner en popularité et aider nos clients à faire de même. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement de la part de nos experts en référencement naturel. Nous attendons de vos nouvelles et merci encore de prendre le temps de lire nos articles 😊