Les 3 choses à savoir concernant l’optimisation d’images en SEO

Par My Little Big Web

Selon le site de référence « Moz », le trafic provenant de la recherche d’images représente en moyenne 27% du trafic total d’un site web. Ce pourcentage est bien sûr à relativiser selon la taille des sites web et le type de contenu qu’ils proposent mais cela démontre tout-de-même la part non négligeable qu’occupe les images dans les intentions de recherche des internautes. Dans cet article, les experts de notre agence SEO montréalaise comment optimiser ses images afin qu’elles vous aident à booster votre SEO.

 

La montée en puissance de la recherche d’images dans les habitudes de recherche

google-images-my-little-big-web

En 2018, Google a apporté un petit changement au niveau de son moteur de recherche d’images mais cela a eu un gros impact pour les propriétaires de sites web. En effet, la firme a décidé de modifier son bouton « voir l’image » par « consulter » afin de rediriger l’internaute directement vers le site qui a mis l’image en ligne.

Ce changement a notamment permis de donner aux utilisateurs plus de contexte au niveau de leurs recherches d’images et d’avoir accès aux auteurs afin de poursuivre leur navigation sur leur site s’ils le souhaitent. Certaines personnes utilisent Google Images simplement pour trouver des illustrations mais de plus en plus d’internautes utilisent ce moteur de recherche pour obtenir de l’information « visuelle » avant de visiter le site en question.

Prenons par exemple le cas d’une personne qui est à la recherche d’une recette pour faire des œufs bénédictines. Simplement en écrivant « œufs bénédictines » ou « recette œufs bénédictine » sur Google images, celle-ci avoir sous les yeux des centaines d’images de recettes, toutes plus savoureuses les unes que les autres :

Exemple-recherche-images
En cliquant sur l’image puis sur le bouton « consulter », nous pouvons directement accéder à la recette mise en ligne par l’auteur de l’image. Dans cet exemple, la recherche par images apporte une expérience enrichie pour l’utilisateur car il peut rapidement choisir la photo qui lui donne le plus envie et décider de visiter le site en question.

Si on refait le même test avec le réseau de recherche, l’expérience est différente :

recherche-images-reseau-de-recherche
Sur le réseau de recherche, nous obtenons beaucoup d’information mais celle-ci est majoritairement textuelle. Les images sont relayées au second rang et permettent moins de se faire une idée rapidement du rendu final de la recette, contrairement à la recherche sur Google images qui n’affiche que des images, dans un format permettant rapidement de se faire une idée du résultat.

Avant de passer à la seconde partie de cet article, regardons un autre exemple qui vous encouragera à considérer l’optimisation de vos images dans le cadre de votre stratégie SEO. Par curiosité, nous avons fait la recherche « agence web » sur Google Images afin de connaître les résultats qui allaient s’afficher. Quelle bonne surprise nous avons eu en constatant la formidable publicité gratuite que Google nous offre !

Recherche-agence-web-google-images
En première ligne, nous voyons le beau logo de notre agence web My Little Big Web qui s’affiche afin un lien vers notre site web. Pour les sceptiques, nous tenons à préciser que cette recherche à été effectuée depuis Montréal mais en navigation privée et sans activer la géolocalisation 😊

Le but de cet exemple est de vous expliquer qu’il ne faut jamais négliger une opportunité de se montrer aux yeux de Google et des internautes.

 

Prenez soin de nommer et de décrire vos images pour améliorer leur SEO

Comment Google fait-il pour différencier un chien qui joue avec une balle d’un enfant qui mange une crème glacée ? Les robots analysent tout simplement les titres et les descriptions des images que les propriétaires de sites web ont pris soins d’optimiser. Par défaut, vos images auront des noms exotiques comme « dejc123.PNG », « capture1.jpg », ou encore « images786h.jpg ». Bien que cela puisse (éventuellement) parler à celui qui les a nommées, cela ne va pas aider Google à comprendre leur contenu et à les référencer sur son moteur de recherche. Il est donc important que vous preniez le temps de nommer vos images correctement et de décrire brièvement ce qu’elles représentent.

Nous prenons pour acquis que vous savez déjà comment renommer une image donc nous allons directement vous expliquer comment renseigner votre balise ALT. Pour ceux qui utilisent une plateforme de gestion de contenu comme WordPress, vous pouvez optimiser les balises ALT de vos images en vous rendant directement sur votre page ou article. Cliquez ensuite sur l’image que vous souhaitez optimiser, puis sur « Modifier » :

optimisation-balise-alt-dans-wordpress
Vous pouvez ensuite renseigner votre balise alt dans la section « texte alternatif » :

balise-alt-image-dans-wordpress

 

Choisissez le bon format d’image et optimisez son poids

Le format des images que vous publiez va avoir une influence sur l’expérience utilisateur. En effet, plus l’image est de bonne qualité, plus l’expérience utilisateur est bonne au niveau de son visionnement mais plus la qualité de l’image est bonne, plus le poids de l’image peut être important. Le problème si vos images sont trop lourdes c’est qu’elles peuvent mettre du temps à se charger (surtout sur les appareils mobiles) et cela va dégrader votre expérience utilisateur, dont également votre SEO.

Il faut donc arbitrer subtilement l’équilibre qualité / poids de l’image. Si vous avez une boutique en ligne (et donc beaucoup d’images), vous devez vous assurer que vos utilisateurs puissent voir vos produits en détails mais si vous avez une page « voir tous les produits », il ne faut pas que vos images soient trop lourdes afin que la page puisse se charger rapidement.

Concrètement, essayez d’avoir des images de maximum 100-150ko le plus souvent possible et de ne pas dépasser 300ko (qui est un gros maximum). Si vous êtes photographe, architecte, traiteur (etc.) et que votre métier vous « oblige » à montrer des images de très bonne qualité, vous pouvez augmenter cette limite mais essayez dans ce cas de ne pas mettre trop d’images sur la même page. Le but étant toujours d’optimiser le temps de chargement, qui est devenu un critère important au niveau SEO.

Vous pouvez utiliser différents logiciels (gratuits ou payants) pour optimiser le poids de vos images. Voici quelques exemples : GIMP, Tiny PNG, Smush (module WordPress) ou encore Adobe Photoshop.

OBTENEZ UN COACHING GRATUIT DE 30 MINUTES EN REMPLISSANT LE FORMULAIRE !
  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Choisissez le bon format pour l’optimisation SEO de vos images

Il existe de nombreux formats d’images (.ai, .eps, .pdf, .psd, .jpg, .gif, .tif, .png, .svg etc.). Afin de ne pas allonger l’article inutilement, nous allons voir les principaux formats que vous devriez considérer (selon nous). Il s’agit des formats .jpg, .gif. et .png

Le format .jpg

Le format jpg est un format compressé qui ne supporte pas les fonds transparents. Il est recommandé de conserver une haute résolution pour les documents commerciaux, une résolution moyenne pour le web et une faible résolution pour les e-mails.

Le format .gif

Le format .gif supporte les fonds transparents et il est pris en charge par la plupart des navigateurs. Il est généralement utilisé pour le web et les e-mails. Ce format est surtout populaire pour sa capacité à créer des animations dont le poids est très léger.

homer-animation-gif

Le format .png

Le format .png est une alternative au format .gif qui supporte les fonds transparents et qui peut être compressé pour le web. L’avantage de ce format par rapport au .gif est que la compression peut se faire sans perte de qualité de 5% à 25% meilleure que le .gif. Il ne supporte cependant pas les animations.

Si vous ne savez pas quoi choisir comme type de format, optez pour le PNG et essayer de la compresser au maximum de 25%. Comparer en suite le poids et la qualité par rapport à votre fichier d’origine. En optimisant le poids de chacune de vos images (manuellement ou via un logiciel de compression), vous allez améliorer votre vitesse de chargement, votre expérience utilisateur et donc votre SEO. N’oubliez pas que ce qui améliore votre SEO n’est pas uniquement les grosses actions (rédaction d’articles, acquisition de liens etc.) mais aussi l’ensemble des petites actions qui prennent du temps mais que peu de gens prennent la peine de mettre en place.

Conclusion :

Nous espérons que cet article vous a plut et que nos conseils vous permettront d’améliorer vos performances SEO. Si vous souhaitez vous faire accompagner dans l’optimisation de votre site web ou dans la mise en place d’une stratégie SEO efficace, n’hésitez pas à nous contacter. Nos experts se feront un plaisir de répondre à vos questions. Merci d’avoir pris le temps de lire notre article 😊