Suivez nos conseils techniques pour optimiser votre site sur Google

Par

Avec l’énorme succès des systèmes de gestion de contenu (WordPress, Joomla, Drupal etc.), n’importe qui peut facilement créer un site internet et commencer sa communication en ligne. Quelques plugins pour la sécurité, le temps de chargement, le SEO et hop ! Vous êtes en ligne. Les entreprises naissantes ou les annonceurs à faible budget n’ont donc pas toujours le réflexe de s’adresser aux agences web marketing, souvent jugées trop coûteuses, pour assurer leur référencement sur Google.

Vous verrez cependant dans cet article que les points à considérer pour vous assurer une bonne indexation sur Google peuvent parfois être délicats si vous n’avez pas certaines connaissances techniques. Nous vous conseillons donc de toujours effectuer une sauvegarde de votre site avant d’aller mettre vos mains dans les fichiers sensibles.

.

1/ Comment Google voit votre site internet lorsqu’il le visite ?

Il est important de vérifier ce que Google voit afin d’identifier les facteurs pouvant l’empêcher de correctement analyser votre site. Pour cela, vous pouvez utiliser un logiciel tel que Lynx qui est un navigateur en mode texte, c’est-à-dire qu’il affiche votre site de la même manière que le voient les robots des moteurs de recherche.

Par conséquent, si certaines fonctionnalités (cookies, cadres, JavaScript, ID de session, contenu Flash ou balises DHTML) vous empêchent de visualiser la totalité de votre contenu, il est probable que ce problème soit également rencontré par les moteurs de recherche.

.

2/ Ne cherchez pas à suivre le chemin parcouru par Google

Nous déconseillons fortement l’utilisation des ID de session qui permettent de suivre le chemin parcouru par les robots sur votre site. Il est possible que vous utilisiez (même sans le savoir) ce type de processus pour analyser le comportement des internautes sur votre site. Il faut savoir que le mode d’exploration des robots est très différent de celui des visiteurs et que les ID de session ne sont pas toujours correctement indexées par les moteurs.

Pour faire simple (du moins pour essayer), un ID de session est un identifiant unique, souvent inséré dans un cookie ou une URL pour retracer l’activité d’un visiteur sur votre site. Voici un exemple d’ID de session : www.mylittlebigweb.com//index.php?sid=6543dfICujmeud83ebe894e5

Les ID de session changent chaque fois qu’un visiteur arrive sur votre site. Les robots qui analysent votre site constatent donc que vos URL changent systématiquement alors que le contenu reste le même. Google peut donc interpréter cette donnée comme du contenu dupliqué et cela va nuire à votre référencement dans les résultats de recherche.

La meilleure solution pour corriger ce problème est de supprimer ces ID de session en ajoutant quelques lignes de codes sur votre site. Par exemple, les propriétaires de sites en php peuvent inscrire les lignes de code suivantes dans leur fichier .htaccess :

php_value session.use_only_cookies 1

php_value session.use_trans_sid 0

.

3/ Informez Google des modifications apportées à votre site

Il est inutile de consommer de la bande passante si aucune modification n’a été apportée à votre site depuis la dernière exploration des robots des moteurs de recherche. A l’inverse, il est conseillé d’envoyer un signal à Google si vous avez modifié votre contenu depuis sa dernière visite. Pour cela, il faut vérifier que votre serveur web prend en charge l’en-tête HTTP If-Modified-Since.

Concrètement, avant d’afficher une page web votre navigateur envoie une requête http au serveur. L’en-tête if-modified-since permet d’ajouter une condition à la requête en lui demandant de comparer la date de la dernière visite des robots avec la date de la dernière modification de la page. Si la date de la dernière modification de la page est plus ancienne que la date de la dernière visite des robots, le serveur renvoie un code 304 qui indique que le fichier peut être récupéré à partir du cache, diminuant ainsi le temps de chargement de votre page. Si la page a été modifiée, le serveur envoie un code 200 et le contenu sera exploré de nouveau.

.

4/ Indiquez aux robots les contenus à indexer ou non

Il est possible que votre site contienne des pages que vous ne souhaitez pas voir ressortir dans les résultats de recherche. Il faut donc que vous indiquiez à Google quelles pages peuvent être référencées et quelles pages ne doivent pas l’être. Pour cela, vous devez utiliser un fichier robot.txt sur votre serveur web en vous assurant que ce fichier est adapté à votre site et qu’il ne bloque pas l’accès des robots.

Pour savoir si vous utilisez correctement votre fichier robot.txt, connectez-vous à votre section Google webmaster tool. Sélectionnez votre site sur la page d’accueil et cliquez sur “URL bloquées” dans l’onglet “Exploration”. Cliquez ensuite sur l’onglet “Test de fichier robot.txt”, copiez le contenu de votre fichier robot.txt et collez-le dans le premier champ. Indiquez le site à tester dans la zone URL et sélectionnez les user-agents de votre choix dans la liste “User-agents”.

Si vous n’avez pas accès à la racine de votre site, vous pouvez placer la balise Meta suivante dans la section <head> de votre page :

<meta name= »robots » content= »noindex »>

Si vous souhaitez uniquement interdire l’accès aux robots de Google mais que vous souhaitez que les autres moteurs de recherche puissent parcourir vos pages, vous pouvez insérer la balise suivante :

<meta name= »googlebot » content= »noindex »>

OBTENEZ UN COACHING GRATUIT DE 30 MINUTES EN REMPLISSANT LE FORMULAIRE !

 

.

5/ Assurez-vous que votre site s’affiche correctement sur tous les navigateurs

Vous serez surpris de constater les différences d’affichage entre les navigateurs (Google Chrome, Firefox, Mozilla, Safari etc.). Même différentes deux versions d’un navigateur peuvent proposer des affichages différents, modifiant ainsi l’expérience utilisateur que vous souhaitez apporter. Vos codes HTML et CSS doivent donc être rédigés avec soins afin de vous assurer que vos pages s’afficheront de la même manière sur tous les navigateurs et leurs versions à venir. L’utilisation du CSS permet de distinguer le contenu de votre site et la manière dont vous le présenter, améliorant ainsi le rendu final et la vitesse de chargement de votre page.

Vous pouvez utiliser des outils de validation pour vous assurer que vos codes HTML et CSS ont été correctement rédigés. Si vous constatez des erreurs dans l’un de vos codes, vous pouvez vous servir d’outils tels que HTML Tidy qui peuvent vous aider à corriger rapidement votre code. Même si nous vous conseillons de prêter attention à la rédaction de vos codes HTML et CSS, sachez que cela n’influence pas la manière dont les robots des moteurs de recherche vont explorer et indexer votre site.

.

Conclusion

Ces conseils techniques vous permettront de vous assurer que les moteurs de recherche ont bien accès à votre site et qu’aucun élément ne vient dégrader vos performances. Bien que ces différents points puissent être analysés à l’aide d’outils gratuits, il est de votre responsabilité de prendre les précautions nécessaires avant d’effectuer ce type de manipulations.

Même si les explications que vous trouvez sur internet peuvent être très claires, les choses ne se déroulent pas toujours comme décrites dans les articles. Ne suivez donc pas aveuglément les explications données par des internautes que vous ne connaissez pas et dont vous ignorez le niveau de compétences.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez surement celui-ci : Comment augmenter le chiffre d’affaire de son site web ?

N’hésitez pas à nous contacter au 514 437 4245 ou via notre formulaire de contact si vous souhaitez parler à un conseiller qui répondra à toutes vos questions.

google-mobile-friendlyoptimiser-contenu-site-internet